De l’importance du choix d’un tube de dentifrice

Elles étaient deux, l’âge de la retraite passé depuis de longues années déjà, identiques comme on se ressemble en amitié, petites et rondouillettes, l’une un peu plus que l’autre. Elles parlaient un peu fort, elles avançaient doucement, en tanguant légèrement. Elles arrivaient du rayon parapharmacie dans ce petit supermarché de banlieue où les gens se bousculent sans jamais se parler. Elles se dirigeaient vers moi, dubitativement plantée devant les tubes de dentifrice, essayant de me décider sur la bonne teinte de blanc que je voulais pour mes dents. En un instant elles m’entourèrent et m’inclurent dans leur petit duo. En trois minutes, sans me laisser le choix, on avait refait le monde. Des conseils sur le choix de la crème pour les pieds, en passant par la difficulté des conditions de travail en supermarché, jusqu’au talent de Coluche, disparu trop tôt, les sujets s’enchaînaient sans grande logique. Me bornant d’abord à une politesse un peu tiède, je me laissais aller doucement à la joie contagieuses des deux comparses :

– J’ai pas les formes, mais j’ai la forme ! s’exclama la plus volubile, mimant une bouée autour de son ventre avec ses mains pour ponctuer ses propos.

Tout en prenant congé, elles se dirigèrent vers le rayon des lessives, en me lançant un « Et surtout bonne journée ! » ensoleillé. On aurait dit qu’elles avaient du mal à me quitter, comme on retarde le moment de dire au revoir à une amie dont on ne sait pas bien quand on la reverra.

Celle « qui a la forme » se ravisa. S’arrêtant à la croisée des allées, elle se retourna vers moi. Avec un grand sourire, d’un geste rond et gracieux au dessus de sa tête, comme une révérence un peu loufoque, elle affirma :

– Aujourd’hui, j’ai envie de faire la folle !

Me regardant d’un œil complice, elle partit d’un rire facétieux, laissant les clients autour d’elle médusés pensant qu’effectivement sa place était dans un asile. Moi, je regardais les deux amies s’éloigner, émerveillée, dans cet instant suspendu qui venait de transformer ma journée.

On se ferme trop souvent aux autres. On laisse s’installer une barrière invisible qui s’arrête à la politesse cordiale, rarement plus. Et quand quelqu’un bouscule cette barrière, nos premiers réflexes sont la distance et la méfiance. Qui n’a jamais pensé : « Mais qu’est-ce qu’il me veut celui-là ? … Ça tombe toujours sur moi ! … Ok, comment je vais m’en débarrasser ?… » tout en jetant un regard impatient à la ronde dans la crainte de ce que pourraient penser les gens assistant à la scène. Ça oui, le regard des gens on y fait attention…

Et pourtant, rien d’autre ici que l’envie de partager. Rien que deux petites mamies qui voulaient partager leurs conseils, leurs histoires, leurs avis. Partager le rire et le sourire le plus naturellement du monde. L’envie d’aller vers un inconnu et de lui parler en ami. Quand a-t-on oublié d’accepter la simplicité de ces petits cadeaux du quotidien ? Pourquoi est-ce devenu si naturel de fermer notre cœur aux autres ?

Mesdames, merci d’avoir illuminé ma matinée…

Publicités

5 réflexions sur “De l’importance du choix d’un tube de dentifrice

  1. ah mon souhait pour toi : que tu deviennes un jour ( tard, dans beaucoup, beaucoup de decennies, hein ? ) une petite mamie illuminatrice de quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s