La vieille dame

PENTAX DIGITAL CAMERA

 

C’est une vieille dame. On ne le dirait pas, comme ça. Elle ne fait pas du tout son âge. Elle a parfois des humeurs, un reste de fougue qu’on pourrait prendre pour de la jeunesse. Quel âge a-t-elle exactement ? Elle même ne s’en souvient plus très bien. Elle est vieille, c’est tout. Pas besoin d’y coller un nombre qui la contrarierait de toute façon. Les gens du pays l’ont toujours connue. Facétieuse, capricieuse, belle aussi, irascible parfois… Ah ça, on s’en souvient de ses coups de colères, surtout ceux qui en font les frais. Alors dans cette petite station balnéaire, elle fait partie du décor. Comme toutes les personnes âgées, elle a tout le temps devant elle. Elle est bien décidée à en profiter, à se faire plaisir. On la voit surtout sur la plage. Parce qu’elle adore faire rire les enfants, les regarder jouer, elle retrouve sa jeunesse. L’autre jour par exemple, elle avait repéré ce petit garçon et cette fillette qui jouaient ensemble. Discrètement, elle avait placé sur leur chemin un coquillage aux couleurs chatoyantes et un morceau de carrelage, doux et rond, poli par des mois de voyage au creux des vagues. Il fallait voir leur sourire rayonnant quand ils les avaient rangés au fond de leurs poches déjà tapissées de sable, précieux trésor de deux apprentis pirates.

Elle aime aussi beaucoup embêter les râleurs, taquiner les aigris. Elle est toujours prête à aider une casquette à s’envoler, ou à se promener sur la plage en soulevant un peu de sable qui ira picoter cette dame qui parle si fort et se coller à sa peau grasse de crème solaire. Et elle rit, d’un rire silencieux, saccadé et tout en souffle. En fin de journée, elle s’attendrit souvent sur les amoureux. Ceux qui se promènent main dans la main sur le front de mer. Il faut toujours qu’elle intervienne, c’est plus fort qu’elle. Elle dirige un rayon de soleil sur le visage de la jeune fille, illuminant ses yeux. Ou elle embrase le ciel de flammes roses et oranges, elle sait que c’est leur décor préféré. Il n’est pas rare qu’elle laisse s’échapper un soupir, une douce brise qui fait voler une mèche de cheveux, qui caresse le velouté d’une joue. Il faut bien l’admettre, elle est terriblement fleur bleue.

Elle a deux grandes passions : le dessin et la sculpture. Et comme tous les artistes, elle a besoin d’être seule. Alors, elle déchaîne une pluie torrentielle sur les touristes. Les voilà tous qui se sauvent et se réfugient dans la ville. Le sable fin est aplani par les gouttes lourdes, sa page blanche est prête. Elle sort tous ses outils : l’aquilon, les rafales, l’ondée… Et elle se lance : elle façonne, elle vallonne, elle érode, elle recouvre la plage de sculptures mouvantes. La manche qui, il y a une heure à peine, roulait ses teintes de marron et de gris, resplendit maintenant de la blancheur des vagues qui explosent, de l’écume qui se dépose sur le rivage. Une touche de brume pour obtenir un fondu des couleurs, elle est assez contente de son effet. Un peu d’eau, un peu d’air, elle trace des arabesques, peint des lignes de fuite. Elle esquisse le désert, ébauche un paysage lunaire. Elle est aux anges, son rire redouble en féroces bourrasques qui attirent les amateurs de sensations fortes. Amusée, elle lâche ses pinceaux et vient gonfler leurs voiles. Elle les soulève, voluptueusement, un peu séductrice. Elle reste à les admirer retomber gracieusement, glisser sur les flots, brillants de sel et d’eau, mi-hommes mi-poissons. Car la nature est peut-être une vieille dame mais on ne lui enlèvera jamais son âme de jeune fille.

Texte écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture « En roue libre » du 14/05/2014. La mer était le thème de cet atelier. Difficile pour moi de me détacher de mes textes de la semaine dernière, écrits depuis les plages du Pas-de-Calais. D’où certaines répétitions… 

 

Publicités

9 réflexions sur “La vieille dame

  1. Répétitions ? Je me laisse porter par tes mots et ta subtile et très belle description. Personnellement j’aime beaucoup cet hommage très bien amené 😉
    Merci

  2. Superbe texte! Toujours une surprise à la fin . Ça a l’air génial ces cabinets d’écriture il faut absolument que j’en trouve un.

  3. Magnifique ce texte. A mesure que j’avançais dans ma lecture, j’ai peu à peu vu apparaître cette mer devant moi. on ne s’attend pas tout de suite à la voir comme sujet, mais l’effet est je trouve fantastique!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s