Des vies qui se croisent

Vies croisées métro

« Mathurine Deshors ! Alors celle-là! Ça fait pas longtemps que j’sais qu’elle s’appelle Mathurine… Par contre, ça fait un bout d’temps qu’elle me tape sur le système ! Cinq ans que j’la croise tous les jours dans le bus. Des années à me crisper dès que j’l’entends parler. Tiens, je suis sûr que je lui dois ces contractures qui ne passent pas, même avec les cachetons. C’est fou ça ! C’est une fille qui n’a pas d’horaire. Une saltimbanque ! Jamais là à la même heure… Et pourtant tous les jours dans mon bus ! Parfois le matin, d’autres le soir. Le midi quand je vais faire une course. Quand j’travaille pas et que je vais voir le médecin. Une vraie plaie !

Et puis quelle allure ! Ces cheveux ! Elle sait pas c’que c’est qu’une brosse ?! On dirait qu’elle passe ses journées sur les falaises. En plein vent. Après avoir pris une saucée. Et non ! Madâââme travaille au théâtre. Et pas n’importe quel théâtre, non. « Le théâtre des lanternes agitées »… C’est elle qui est agitée du bocal, oui ! Rien que des hippies là-dedans. Ça c’est sûr, elle fait pas tâche chez les illuminés. Si encore elle était discrète, mais pensez-vous ! Ça lui prend comme ça, elle fait sursauter tout le monde, Madâme déclame. Madâme fait des grands gestes. Oui ! Dans le bus ! Elle prend des poses de bourgeoise maniérée, avec ses nippes tout droit sorties des poubelles ! Bohémienne ! Même quand elle aide les p’tites vieilles à descendre, elle les emmerde avec ses répliques. C’est du Molière, qu’elle dit. Il est pas très catholique son Molière, j’le reconnais pas. Les gamines aussi, elle les agace à leur raconter des histoires farfelues… Ça moi, j’ai la paix ! Elle m’parle jamais !

Tiens, j’suis presque rendu et j’lai pas vue aujourd’hui. Pas sérieux ces artistes. Bizarre. P’t’être qu’elle était dans celui de ce matin ? Ou ce midi, j’suis pas sorti. Je m’demande bien ce qu’elle fait… »

Pour cet atelier, nous devions travailler sur le personnage de Mathurine, comédienne atypique du théâtre des lanternes agitées où elle réadapte les classiques à sa manière. Nous devions faire son portrait au travers des yeux d’un autre personnage. Pour moi l’enjeu était double : faire un portrait dans un style auquel je ne m’essaye jamais (sortir de sa zone de confort, c’est très à la mode en ce moment) et susciter la sympathie pour Mathurine au travers d’un point de vue négatif sur elle.

Texte écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture « En roue libre » du 06/05/2015.

 

Publicités

18 réflexions sur “Des vies qui se croisent

  1. Dis donc, il est sacrément exigeant cet atelier d’écriture ! En tout cas tu t’en sors pas mal du tout ! J’ai bien ton texte, je me suis vraiment prise au jeu : agacée par cette joyeuse farfelue au début jusqu’à m’attendrir à la fin^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s