Tu veux partir

 

Tu veux partir. Tu pars. Tu te tires. Dans ta tête seulement. Pas moyen autrement. La journée, tu la passes dans la cité. La nuit, tu la passes à imaginer. Renverser la vapeur. Un ailleurs. Tu respires. Tu soupires. Tu dis qu’il n’y a que le vent. Le vent, la brise et les nuages qui peuvent. Qui passent les murs. Toi tu restes à leur pied. Coincé. Face à cette réalité de béton. Tu frappes des deux poings. Tu cognes. Ta colère en coups acharnés. Tu te fais mal. Tu halètes. Tu soupires. Il n’y a que le vent, tu dis, qui passe au-dessus. Au-dessus des voies grises, des immeubles pelés. Au-dessus des rancunes. Plus haut. Beaucoup plus haut que les apparences. Et cette ligne, cette vie, qu’est-ce qu’on en fait ? Tu insistes. Tu exiges une réponse. Cette ligne constamment brisée. De point en point. De coin en coin. De cages d’escaliers en trottoirs mouillés. Ta vie en suspension. Comme une respiration. Trop contenue. Tu cries, ma vie, qu’est-ce qu’on en fait ? Tu hurles dans la rumeur sourde de la cité. Personne pour écouter. Tu dis que tu veux briser ces destinées toutes tracées. Ton existence écrite d’avance, déjà, pleine de fautes, de contre sens. Trop présente. Conjuguée au passé, comme si le futur personne ne voulait te le donner. Mais regarde ! Hurles-tu. Regarde ! Tu les vois pas les gosses ?! Cœur de béton, tête en carton. Regarde comme ils sont abîmés ! Et personne pour réaliser.

Moi j’essaie. Je tente de te parler. Il n’y a pas de mur, dis-je. Il n’y a pas de fin à la rue, aux chemins. Dans le ciel, pas de coin. Il faut juste trouver comment s’envoler. Tu hurles que je ne comprends rien. Que je ne sais pas comment ils sont les gens. Tu me fixes dans les yeux et tu dis. Ils ont le cœur plein de coins. Plein de boites. Ils voient bien que je ne rentre pas dans une boite. C’est comme ça. Ça ne changera pas. Quand t’as les deux pieds plantés, dans la cité. C’est comme ça qu’on est enfermé, par des idées.

Tu veux partir. Il est trop tard, maintenant c’est pire. Ailleurs t’as déjà essayé. Ça n’a pas marché. Tu n’es pas passé. Pas assez carré. Trop tarabiscoté. Regarde-les. Regarde-les. Les gens. Tous raides, éloignés. Comme si je pouvais les contaminer. Les regards réticents. Les bouches figées. Un mur d’hostilités. Bien cimenté. Regarde les ces inconnus, ils croient qu’ils me connaissent. Alors tu les frappes des deux poings. Tu cognes. Ta rage en coups déchaînés. Tu fais mal. On se jette sur toi. Tu tombes. Le sol dur, encore du béton. On t’enferme dans une autre prison.

N’oubliez-pas, vous pouvez me retrouver en conteuse d’histoire longue et passionnante au fil des pages de mon roman  » Shana, fille du vent »

Actualités littéraires, ateliers d’écriture, concours et conseils d’écrivains: venez me suivre sur Facebook!

cry-1919491_1920

Votre commande!

Shana fille du vent
Vous pouvez acheter Shana, fille du vent en me contactant directement! Avec quelques avantages :

– d’avoir un exemplaire dédicacé
– d’économiser les frais de port si vous êtes sur Paris
– de me rencontrer si vous êtes sur Paris
– que je vous fasse un bisou si on se connaît déjà

N’hésitez pas à m’envoyer un message pour plus d’informations à l’adresse suivante: ephediapp@gmail.com
à bientôt! 😊

Quelques nouvelles…

Je ne me suis pas beaucoup occupée du blog ces temps-ci et pour cause! Les premiers exemplaires du roman ont été livrés à d’avides lecteurs et j’ai endossé mon rôle d’auteure/publicitaire pour que cette belle histoire circule. Shana est en train de prendre son envol, elle voyage maintenant sans moi dans des mains inconnues, dans des contrées lointaines, j’espère qu’elle y trouvera de nouveaux amis.

Si vous voulez l’aider à voyager toujours plus loin, n’hésitez pas à regarder et à partager cette petite vidéo:

Bon week-end à tous!

 

Actualités littéraires, ateliers d’écriture, concours et conseils d’écrivains: venez me suivre sur Facebook!

« Shana, fille du vent » disponible!

Il est enfin là, tout beau, tout propre, disponible à la vente depuis quelques jours! Vous pouvez acheter mon roman « Shana, fille du vent » sur Amazon ou directement sur le site de la maison d’édition Phénix d’Azur.

Vous qui m’appréciez en petit format blog, venez me lire sur la durée! Alors, dites-moi si vous l’achetez, dites-moi quand vous l’avez lu, dites moi si vous n’aimez pas, dites-moi tout, inondez-moi de messages. Et je ne vous demanderai qu’une seule chose, si vous l’aimez, parlez-en beaucoup, avec tout le monde, offrez-le, partagez votre avis sur Babelio, Amazon, Fnac, faites du bruit sur toutes les plateformes!

En guise de bande annonce, je vous mets la quatrième de couverture:

L’histoire commence dans les bidonvilles à la périphérie de Madrid. C’est dans ce décor de bois et de carton que grandit Shana, jeune femme gitane. Le lecteur la suit à la découverte de la culture gitane, de ses traditions centenaires, de sa joie et de sa musique, comme un sourire immense sur le gris des murs pelés. De l’enfant réservée à la jeune fille impétueuse, Shana se construit un quotidien de débrouille. Elle se forge des amitiés au-delà des murs de l’exclusion sociale. Sa passion pour les livres vient nourrir son âme insoumise, ses désirs de liberté. Elle refuse le destin tout tracé que lui suggère la tradition, force les portes de la ville et de drames en mains tendues, elle trouve enfin son indépendance. Roman d’amour, d’amitié, mais surtout d’apprentissage. Plongée dans une culture gitane chatoyante et contrastée, bien loin des clichés communs, comme une invitation au dialogue entre les êtres et les cultures.

Je vous souhaite un beau voyage entre mes pages!

Actualités littéraires, ateliers d’écriture, concours et conseils d’écrivains: venez me suivre sur Facebook!

Couverture