La bonne nouvelle

Homme seul

Eugène est devant sa porte. Enfant, il était déjà là, à courir avec ses copains comme une volée d’étourneaux frondeurs. Ça se chamaillait, ça se bastonnait, ça vivait. Gaillard, Eugène était vitrier. Il battait la campagne, de partout salué. Ici un café, là un godet. Il en a vu des départs. Des décennies de gars en partance vers la ville et ses attraits. Le boucher ne passe plus. Les vieux aux appétits de moineaux, c’est pas rentable, il paraît. Eugène est à sa porte, comme tous les anciens. Ils se parlent de loin, en haussant la voix. Entre eux glissent le vent, la poussière et l’absence. Ces jours-ci ça cancane. Une famille s’installe dans la boutique du Père François. Des étrangers. Ils viennent de Sfireh, près d’Alep. Les gens qui viennent de trop loin, ça fait peur. Ici, dès qu’on passe la Saône y’a méfiance. Mais pas pour Eugène. Ni pour aucun des aînés. Ça va courir, ça va chanter, ça va changer. Avec ces gens-là, c’est le village qui renaît.

Texte écrit dans le cadre du Festival Champ Libre – Micro-nouvelle de 1000 signes maximum.

N’oubliez-pas, vous pouvez me retrouver en conteuse d’histoire longue et passionnante au fil des pages de mon roman « Shana, fille du vent« 

Actualités littéraires, ateliers d’écriture, concours et conseils d’écrivains: venez me suivre sur Facebook!

Photo de William Klein

Ma découverte de la Kobo Glo

Kobo

Un petit article que j’ai écrit pour le site Avis de lecture

La semaine dernière, je recevais un mail de Philippe m’annonçant que j’étais la gagnante de la liseuse Kobo Glo. Inutile de vous dire que j’attendais le colis avec beaucoup d’impatience. Il est arrivé jeudi contenant une petite boite sobre. Pas de document superflu, un packaging minimaliste pour une liseuse au look épuré. A première vue, elle me plaît beaucoup : élégante, légère, et l’aspect velouté du caoutchouc est très agréable au toucher.

Je ne suis pas du genre à me plonger dans les notices d’utilisation, mais plutôt à me lancer à l’aveugle et je n’ai eu aucun souci à prendre en main la liseuse. Après que la Kobo m’ait accueillie avec un sourire, un guide pas à pas apparaît directement sur l’écran et m’a accompagnée en temps réel. La mise en route est aussi simple que : brancher la liseuse à l’ordinateur, installer le logiciel « Kobo desktop », le laisser faire les mises à jour, et télécharger !

Une fois prête à lire, là encore la Kobo m’a guidée dans les principales fonctions disponibles : comment retrouver le menu principal, tourner les pages, sélectionner un passage, chercher la définition d’un mot… En quelques minutes je me suis fait une idée des fonctions disponibles, accessibles au travers de gestes intuitifs. A noter que, pour tourner la page, on peut aussi bien de glisser le doigt ou tapoter le bord de la page. Moi qui n’ai jamais utilisé de liseuse, j’ai eu l’impression de la maîtriser totalement au bout d’une heure seulement.

Le logiciel « Kobo Desktop » permet de gérer la liseuse et de télécharger des livres via la plate-forme Kobo. Bonne surprise de ma navigation littéraire,… La suite à lire ici: Kobo Glo