Salon du livre de Maule

20181119_190005

Ce dimanche vous pourrez me retrouver en dédicace au salon du livre de Maule! Une bonne occasion de se rencontrer et de parler littérature! 🙂

20181119_145833.png

Publicités

La cuillère

Cuillère Ponge Poetrie

La taille de la cuillère détermine sa catégorie, son usage. La petite cuillère est fine, ciselée. Elle pourrait presque tenir dans le poing fermé. Elle ne pèse rien, il ne faut aucun effort pour la soulever, comme une prolongation des doigts pour éviter de se tâcher, de se brûler. D’abord fraîche au toucher, elle se réchauffe progressivement tout contre la peau, lorsqu’on la garde en main. Elle aime chanter dans les tasses, dans les bols. Elle s’accorde sur la porcelaine, la céramique, la pâte de verre sur une rythmique propre au mouvement de chacun.

Elle se distingue de la cuillère à soupe, trop massive, trop paysanne, par sa silhouette légère. Surtout lorsqu’elle est en argent. Elle évoque les maisons de maître, les grandes pièces au parquet lustré, les déjeuners du dimanche, les fenêtres donnant sur le jardin. La lumière. Sa distinction réside dans ses éclats, dans ces morceaux de soleil qu’elle emprisonne dans sa rondeur. Elle sublime toutes les textures. Elle les nuance, les éclaire, les présente sous un nouveau jour. Dans le café elle fait tournoyer les étincelles d’ambre. Elle creuse et donne le jour à d’éclatantes collines de fromage blanc. Les yeux gourmands, qui suivent son mouvement, voient les lueurs changeantes s’approcher de la bouche, gagner les lèvres. C’est le ciel qu’on attrape du bout des doigts, les nuages qui fondent sur la langue.

Et c’est bien là sa place de choix, dès la naissance, en bouche, les éclats d’argent qui distinguent les hommes entre eux.

 

Texte écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture Les Mots avec Camille Peretti – Découverte de la Proêsie de Francis Ponge et ses trois parties: description physique de l’objet, métaphore filée et ouverture. 

Votre commande!

Shana fille du vent
Vous pouvez acheter Shana, fille du vent en me contactant directement! Avec quelques avantages :

– d’avoir un exemplaire dédicacé
– d’économiser les frais de port si vous êtes sur Paris
– de me rencontrer si vous êtes sur Paris
– que je vous fasse un bisou si on se connaît déjà

N’hésitez pas à m’envoyer un message pour plus d’informations à l’adresse suivante: ephediapp@gmail.com
à bientôt! 😊

Quelques nouvelles…

Je ne me suis pas beaucoup occupée du blog ces temps-ci et pour cause! Les premiers exemplaires du roman ont été livrés à d’avides lecteurs et j’ai endossé mon rôle d’auteure/publicitaire pour que cette belle histoire circule. Shana est en train de prendre son envol, elle voyage maintenant sans moi dans des mains inconnues, dans des contrées lointaines, j’espère qu’elle y trouvera de nouveaux amis.

Si vous voulez l’aider à voyager toujours plus loin, n’hésitez pas à regarder et à partager cette petite vidéo:

Bon week-end à tous!

 

Actualités littéraires, ateliers d’écriture, concours et conseils d’écrivains: venez me suivre sur Facebook!

Lisette et Malik

bus-stop-384617_1920

Arrêt Poteau-Belliard 8h13, bus 95. On est aveugle d’être trop, d’être beaucoup, d’être tant et tant encore. On ne voit plus rien. Ni les yeux. Ni les mots. Ni les autres, compacts et anonymes. Il y a pourtant une récurrence dans les visages inconnus. Le même pardessus tâché, la même paire de lunettes embrumée, la même sacoche fatiguée, le même sac à main calé au creux du bras. Il y a une rythmique quotidienne de ceux qui sont toujours à l’heure. Il y a la présence aléatoire de ceux qui sont fâchés avec le temps. Familiers de loin, étrangers de près. Des ombres toujours.

Damrémont-Championnet 8h20. Je te regarde tous les matins. Tu ne me vois pas, tous les matins. Je fais semblant de rien, je fais semblant d’être loin, de regarder sans voir. Tous les matins. Souvent je me dis que tu vibres à mon unisson, chaque cahot de mon chemin est le même que le tien. Les chaleurs humaines, les ignorances banales, les absences au monde, les vitres embuées de trop de souffles, c’est déjà un partage, des points déjà communs. Et puis notre course. Identique. La vie qui défile trop vite, pas assez vite, à l’arrêt, bloquée par un feu, un bouchon, un accident. Ce sont les mêmes. C’est déjà un commencement. D’autres se sont trouvés pour moins que ça. Tu me vois puisque je suis bien là. Tu m’aperçois. Me vois-tu ? Je suis juste un siège occupé, une place en moins, une inconnue de plus, similaire dans sa différence, unique dans la masse des pareils qui tanguent et balancent au gré des coups de frein.

Damrémont-Marcadet 8h31. La vie, la route, les arrivées et les départs nous poussent, nous repoussent les uns contre les autres, les autres loin des uns. Certains jours, pas souvent, pas tout le temps, tu es là, contre moi, malgré toi. Autant d’intimité sans s’être jamais parlé, sans pouvoir s’aborder, sans oser se regarder. C’est inconcevable. Irrecevable. Intolérable. Les règles de vie en société. Les règles des inconnus qui se croisent et partagent toujours trop ou pas assez. Ces liens lâches, ces nœuds coulants du hasard qui glissent, se resserrent sans jamais s’attacher. Le moindre contact prend trop de place parce qu’on ne l’a pas voulu, parce qu’il est imposé, il reste comme une brûlure, une irritation. L’autre, l’inconnu qui nous frôle, dont on sent la chaleur, l’haleine, le parfum, les relents du corps empesé de fatigue, les parfums de shampoing mêlés des odeurs de la nuit. On partage beaucoup trop avec cet autre. Trop de proximité, trop d’intimité, trop de nos vies dans les détails qu’on ne voit que trop près. L’autre est de trop. 

Clichy-Caulaincourt 8h47. La parole aussi prend trop d’espace. Elle est rarement bienveillante. Elle est plutôt rageusement contenue, contestatrice, protestataire, justicier de cet espace qui n’a plus rien de vital. La parole, on n’entend qu’elle. Elle occupe tout l’espace qui reste entre les corps, le remplit et résonne. Elle prend l’épaisseur de la chicane, du grabuge. Elle attire les regards, concentre les attentions. Intolérable l’intervention de cet inconnu si proche, de ce non-connu, de cet inconvenant. Alors comment ? Comment te parler ? Comment bousculer l’anonymat et discuter ? Prendre consistance sans perdre en civilité.

Bucarest 8h53. J’aimerais te toucher avec la sensibilité d’un aveugle. Les yeux fermés, graver dans ma mémoire chaque pli, chaque creux, la vague de ton sourire, le déferlement de ton rire. Sentir, découvrir, écrire du bout des doigts le début d’une histoire. Je n’en peux plus de te frôler du bout des yeux, avec tant de prudence, avec tant de retenue, sans rien garder en mémoire qu’une fuite de regards qui ont peur d’être surpris. Pas de relief, pas d’épaisseur, rien qu’une image lisse et silencieuse à portée de voix, à portée de moi et pourtant si loin.  

Tu portes le masque des autres. Le masque de tous. Le masque commun de ceux qui sont ailleurs, la tête déjà loin. Le cœur aux souvenirs, l’estomac au prochain repas, les oreilles à la prochaine note, les yeux sur la page, bousculant les lignes pour mieux arriver à leur fin. Personne n’est vraiment là. Tu portes ce masque. Le masque de l’absence. Un déguisement de patience.

Europe 8h47. On voudrait tout le contraire. On voudrait de l’air à perte de vue, du vent, du soleil, se regarder bien en face, avoir son mot à dire dans l’intimité. Avoir le choix dans nos distances, dans nos ressemblances, dans ce qui nous rassemble. Puis on fait tout l’inverse. On se tasse, on se masse. On entasse les parois, les murs, les couches d’isolant entre nous et le ciel. Les fenêtres, les portes, les tunnels dans la terre, les passerelles en l’air où on se rue, où on s’enterre. Tous pareils à vivre à l’envers. J’aimerais savoir te prendre par la main pour te dire viens. Et partir.

Europe 8h58. Je m’agite. A l’intérieur seulement. Indifférence de surface, affolement au fond.  Entre Europe et Saint-Lazare, c’est toujours compliqué. Je peux encore te parler. Mais plus pour longtemps. J’espère une panne qui nous bloque, nous retarde, nous retienne. Un bout de temps. Trop longtemps. L’agacement crisperait les dos, les doigts, les dents. Je te lancerais un « Vive la RATP ! » ironique et on rirait. Déjà complice, déjà connue, plus l’inconnue. Et demain on se saluerait. C’est déjà ça.

Mes chances s’effilochent à chaque tour de roues et je ne bouge pas. Est-ce que je me pardonnerais si demain tu ne revenais pas ?

Gare Saint-Lazare 9h05 – Je te croise en faisant semblant de ne pas te voir. Je saute sur le trottoir. Je suis en retard.

 

 

N’oubliez-pas, vous pouvez me retrouver en conteuse d’histoire longue et passionnante au fil des pages de mon roman « Shana, fille du vent »

Actualités littéraires, ateliers d’écriture, concours et conseils d’écrivains: venez me suivre sur Facebook!

La bonne nouvelle

Homme seul

Eugène est devant sa porte. Enfant, il était déjà là, à courir avec ses copains comme une volée d’étourneaux frondeurs. Ça se chamaillait, ça se bastonnait, ça vivait. Gaillard, Eugène était vitrier. Il battait la campagne, de partout salué. Ici un café, là un godet. Il en a vu des départs. Des décennies de gars en partance vers la ville et ses attraits. Le boucher ne passe plus. Les vieux aux appétits de moineaux, c’est pas rentable, il paraît. Eugène est à sa porte, comme tous les anciens. Ils se parlent de loin, en haussant la voix. Entre eux glissent le vent, la poussière et l’absence. Ces jours-ci ça cancane. Une famille s’installe dans la boutique du Père François. Des étrangers. Ils viennent de Sfireh, près d’Alep. Les gens qui viennent de trop loin, ça fait peur. Ici, dès qu’on passe la Saône y’a méfiance. Mais pas pour Eugène. Ni pour aucun des aînés. Ça va courir, ça va chanter, ça va changer. Avec ces gens-là, c’est le village qui renaît.

Texte écrit dans le cadre du Festival Champ Libre – Micro-nouvelle de 1000 signes maximum.

N’oubliez-pas, vous pouvez me retrouver en conteuse d’histoire longue et passionnante au fil des pages de mon roman « Shana, fille du vent« 

Actualités littéraires, ateliers d’écriture, concours et conseils d’écrivains: venez me suivre sur Facebook!

Photo de William Klein

« Shana, fille du vent » disponible!

Il est enfin là, tout beau, tout propre, disponible à la vente depuis quelques jours! Vous pouvez acheter mon roman « Shana, fille du vent » sur Amazon ou directement sur le site de la maison d’édition Phénix d’Azur.

Vous qui m’appréciez en petit format blog, venez me lire sur la durée! Alors, dites-moi si vous l’achetez, dites-moi quand vous l’avez lu, dites moi si vous n’aimez pas, dites-moi tout, inondez-moi de messages. Et je ne vous demanderai qu’une seule chose, si vous l’aimez, parlez-en beaucoup, avec tout le monde, offrez-le, partagez votre avis sur Babelio, Amazon, Fnac, faites du bruit sur toutes les plateformes!

En guise de bande annonce, je vous mets la quatrième de couverture:

L’histoire commence dans les bidonvilles à la périphérie de Madrid. C’est dans ce décor de bois et de carton que grandit Shana, jeune femme gitane. Le lecteur la suit à la découverte de la culture gitane, de ses traditions centenaires, de sa joie et de sa musique, comme un sourire immense sur le gris des murs pelés. De l’enfant réservée à la jeune fille impétueuse, Shana se construit un quotidien de débrouille. Elle se forge des amitiés au-delà des murs de l’exclusion sociale. Sa passion pour les livres vient nourrir son âme insoumise, ses désirs de liberté. Elle refuse le destin tout tracé que lui suggère la tradition, force les portes de la ville et de drames en mains tendues, elle trouve enfin son indépendance. Roman d’amour, d’amitié, mais surtout d’apprentissage. Plongée dans une culture gitane chatoyante et contrastée, bien loin des clichés communs, comme une invitation au dialogue entre les êtres et les cultures.

Je vous souhaite un beau voyage entre mes pages!

Actualités littéraires, ateliers d’écriture, concours et conseils d’écrivains: venez me suivre sur Facebook!

Couverture