R(h)umeurs du monde

earth-1913996_1280

Le vieux monde est colère. Des êtres minuscules s’agitent sur sa croûte, lui tapent sur les nerfs. Ils percent, creusent, coupent et bétonnent. Ils lui bouchent les pores de la peau d’une couche de macadam sale. Le monde suffoque. Il sent leur course effrénée, de plus en plus vite, lancés dans la sempiternelle poursuite du temps. Un concept étonnant inventé pour quantifier le déroulé de la vie. Et se rendre compte qu’ils la gâchent en futilités. Et déprimer. Le monde est perplexe. Ces créatures déconcertantes construisent des machines qui toussent et qui crachent. Elles bâtissent des édifices à toucher les nuages, si hauts qu’ils dissimulent le ciel. Elles allument des lumières qui occultent les étoiles et condamnent les ombres de la nuit. Le monde ne les comprend pas, ça ne doit plus être de son âge.

Si ce n’était que les démangeaisons, ça irait encore. Mais le bruit. Tant de bruit. La rumeur constante de leurs paroles futiles, le brouhaha criard de leurs réclames, le grondement permanent de leurs pieds minuscules. Pourquoi ? Pour accumuler, plus et plus encore. Toujours plus que son voisin… Il est loin le temps où il les regardait évoluer avec étonnement. Où les plus audacieux parcouraient des continents inconnus, calant leurs pas sur la respiration de la terre, émerveillés par les beautés de la nature, curieux des différences entre les peuples. Loin le temps où la bonté, le courage étaient les seules valeurs reconnues. Il y a encore quelques aventuriers aujourd’hui, mais ils sont rares.

Le monde ne conçoit pas pourquoi les petits hommes s’enorgueillissent de leurs villes immenses. Ils rasent les forêts, tranchent dans ses poumons… Le monde s’essouffle. Ils font courir des câbles où frissonnent mille informations. Ils quadrillent le sol de lignes qui relient les humains entre eux, aux quatre coins du globe. Il n’y a que lui pour se rendre compte qu’ils n’ont jamais été aussi seuls.

La minuscule cohue ne réalise pas qu’elle rend le monde malade. Brûlant, à bout de souffle, il a des envies de saccages, des pulsions destructrices. Parce que, s’il est compréhensif, il n’est quand même pas du genre à se laisser détruire. Il a longuement pesé le pour et le contre. Il a beaucoup hésité. La fièvre ne baisse pas, alors tant pis. Il se secoue et tremble. Sur sa peau les pauvres constructions vacillent et se fissurent. Sa colère monte du plus profond de son âme et jaillit en torrents de lave dévorant tout sur leur passage. Sous le coup de l’effort, il souffle, il halète et c’est les mers qui se démontent et bouleversent les paysages côtiers. Son emportement retombe vite, le monde n’est pas un méchant. Cent ans exactement, juste un instant. Les êtres microscopiques ne s’agitent plus comme avant. Ils doivent reconstruire, pleurer leurs disparus. Naître et renaître encore. Dans le calme de la nature retrouvé, une nouvelle sagesse apparaît et se transmet. La vie est le monde. Le monde est la vie. Il faut le respecter.

Texte écrit dans le cadre du concours de la micro-nouvelle organisée par le Festival International Les Lucioles Bleues, thème :R(H)umeurs du monde, 500 mots maximum.

Actualités littéraires, ateliers d’écriture, concours et conseils d’écrivains: venez me suivre sur Facebook!

Publicités

22 réflexions sur “R(h)umeurs du monde

    • Quel regard noir jetez vous sur le monde d’aujourd’hui! C’était mieux avant, dites vous? Les gens d’antan étaient bons et ouverts vers les autres, dites vous? Je me permets d’avoir quelques doutes la dessus: les hommes se sont depuis toujours aimés et tués, les tribus ont chassé les étrangers de leurs terres, les envahisseurs ont pillé et détruit, la loi du plus fort a toujours existé!
      Soyons optimistes, le soleil brille et les champs sont fleuris, et ça c’est éternel.
      Amitiés
      Jana

      • Merci Jana pour vos gentils messages! 🙂 La contrainte des 500 caractères ne permet pas trop les nuances. C’est vrai que j’avais en tête une image un peu fantasmée des explorateurs d’antan, aventuriers érudits et casse-cous, mais parce que ça servait mon histoire. Par contre là où je ne suis pas d’accord c’est sur l’optimisme, je crois que nous sommes à un moment charnière d’extrême responsabilité sur ce que nous faisons subir à l’environnement et que la prise de conscience et l’action sont fondamentales. Le soleil brille et les champs sont fleuris, oui. C’est éternel, non pas si l’on continue comme ça. Bon dimanche! 🙂

  1. Quand les mots déchaînent ces émotions qui heurtent, qui regrettent, qui raclent.
    « Le monde ne les comprend pas, ça ne doit plus être de son âge » , pour dire la scissure des consciences, c’est juste parfait. La comparaison avec Barjavel aussi.

    Si vous avez envie, voilà ma manière de les dire, les émotions
    https://carnetsdedestinees.wordpress.com/

    Merci et à très bientôt, je reviendrai m’enivrer de vos mots. ar

  2. Pingback: Nouvelles de Carine Lejeail (blog é(mots)tiens: R(h)umeurs du monde | Maître Renard

  3. Magnifique texte ! Ton style superbe, réaliste, c’est juste les bons mots pour décrire tout cette triste destruction…Et cela fait réfléchir ! C’est triste que l’on s’obstine à briser la nature, a s’entre tuer, tout cela pour une course insensée à qui gagnera le plus de billet. Bout de papiers futiles fait de morceau d’arbres qui ne demandaient certainement pas à mourrir sous les couts d’une avide tronçonneuse. On détruit les forêts, le poumon de la Terre. on s’enlise dans notre égoisme. On n’écoute plus notre coeur. Comment parler de progrès si même nos organes vitaux déperissent : ( ?
    Je suis désolée pour ce commentaire assez déprimant, mais je crois comme toi que l’on doit réagir. Et vite.

  4. Ton style est génial, prenant, parfois rapide, puis plus lent… Dans ce texte j’ai ressenti comme une course effrénée ! C’est prenant, très juste, très beau ! Bravo !

  5. J’applaudis des quatre mains et sens le tremblement arriver. Je doute qu’il soit tellurique. Je le vois plus comme un affaiblissement de la personne, jusqu’à un dernier tremblement puis à la tétanie. La Terre s’en remettra aisément.

  6. Quand en ouvrant sa fenêtre on peut trouver une réplique juste de ce que le regard général fait tout pour ne pas voir, je respire. L’optimiste n’est pas celui qui se bande les yeux, c’est celui qui voit sans construire un décor de cinéma devant.
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s